La distillation

Un peu d'histoire

C’est à son huile essentielle que la lavande doit sa renommée actuelle.

Celle-ci est extraite de la plante grâce à un procédé ancestral, la distillation à la vapeur.

Le procédé a été mis au point par les Arabes au VIème siècle après Jésus-Christ avec l’invention de l’alambic. Aujourd’hui, les appareils de distillation se sont naturellement perfectionnés mais le principe de fonctionnement reste globalement identique.

Les fleurs de lavande sont placées sur une grille au fond de la partie de l’alambic que l’on surnomme le cucurbite.

L’appareil est mis en contact avec de la vapeur d’eau. Celle-ci en traversant les fleurs se charge de leur huile essentielle.

Les procédés de distillation ont beaucoup évolué depuis des années.


Le procédé à feu nu

Sur ce principe général, chaque producteur possédait un alambic adapté à son exploitation. Ce matériel était fabriqué en cuivre, métal facile à travailler, assez léger et bon conducteur de chaleur.

La partie essentielle de l’alambic consistait en un vase de taille plus ou moins grande, coiffé d’un couvercle (chapeau) prolongé d’un col de cygne qui se terminait en serpentin baignant dans un bac de refroidissement.

Alambic à vapeur

Au fil du temps, les installations se sont modernisées, les cuves actuelles ont une contenance moyenne de 5000 à 6000 litres, mais le principe reste toujours le même, entraînement à la vapeur.

Scroll to Top